Réouverture de la Boutique Officielle !

Boubacar Traoré : « Mon heure allait finir par sonner ».

Partager cet article :

Boubacar, afin que les supporters messins puissent davantage vous connaître, pouvez-vous vous décrire ?

Boubacar Traoré : « Je pense être une personne très gentille et timide. Pour autant, je ne suis plus du tout la même personne lorsque j’entre sur un terrain car il ne faut plus compter sur moi pour être timide à ce moment-là. Je suis un joueur combatif qui apprécie particulièrement aller au duel. » 

Vous êtes arrivé en Moselle durant l’été 2019 en provenance de Bamako. Pouvez-vous nous narrer les coulisses de votre venue en France ?

B.T. : « Mes premiers contacts avec le FC Metz remontent à la CAN U20 au Niger. Après une rencontre, Philippe (Gaillot) et Frédéric (Arpinon) m’ont rapidement contacté et sont venus me rencontrer à Bamako afin de me présenter le projet du club. Ces échanges m’ont énormément plu. Évidemment, le fait que de nombreux joueurs africains ont porté avec réussite les couleurs du FC Metz m’a aidé à parapher mon premier contrat professionnel ici. »

À quels joueurs faites-vous allusion ?

B.T. : « Je pense notamment à Sadio Mané et Kalidou Koulibaly mais il y a également des joueurs européens qui ont marqué mon esprit. J’apprécie beaucoup le style de jeu de joueurs comme Robert Pirès et Miralem Pjanic. »

Dans le vestiaire, il semblerait que vous soyez le petit « chouchou »…

B.T. : « En dehors du terrain, je suis très calme et discret mais j’adore rigoler. Mes coéquipiers me chambrent et me charrient souvent et c’est quelque chose que j’apprécie beaucoup à tel point que j’ai déjà terminé dans la machine à laver du centre d’entraînement (rires). Au final, je suis discret, mais je suis toujours le premier à rigoler aux blagues des autres. »

La saison dernière, vous avez inscrit votre premier but -et quel but- dès votre deuxième match en Ligue 1. Comment l’avez-vous vécu ?

B.T. : « C’était un moment spécial et exceptionnel ! Je pense que je m’en souviendrai tout ma vie surtout que c’était un très joli but. Il me semble qu’il a d’ailleurs été élu « plus beau but du mois de mai ». J’étais très heureux, mais ce n’est pas une fin en soi et cela reste une étape parmi tant d’autres. Je dois continuer à travailler pour réussir à mettre d’autres buts de ce genre et poursuivre ma progression dans tous les domaines. »

Peut-on considérer votre qualité de frappe comme l’un de vos points forts ?

B.T. : « Effectivement, j’ai mis deux jolis buts en prenant ma chance de loin, face à Lorient l’an dernier en Ligue 1 et lors d’une rencontre amicale face à Kaiserslautern cette saison. Je ne sais pas si c’est un point fort, mais en tout cas, je fais le maximum pour que cela le soit car je travaille beaucoup les frappes à l’entraînement. D’ailleurs, le coach m’en parle beaucoup afin que je progresse encore dans ce domaine. »

Dans quel domaine pensez-vous avoir le plus progressé depuis votre arrivée ?

B.T. : « Honnêtement, je pense avoir progressé dans tous les domaines grâce à l’aide du staff technique. J’ai beaucoup appris sur le plan tactique et sur le plan technique et je me suis aussi développé physiquement. Ce dernier point est très important pour moi, surtout à mon poste, car j’adore aller au duel. »

Vos débuts en France ont également été marqués par une blessure au genou vous écartant des terrains plusieurs mois. Comment avez-vous vécu ce premier point noir dans votre jeune carrière ?

B.T. : « J’étais dégouté. C’était un moment difficile, très difficile… (il insiste). Heureusement, j’ai été très bien entouré par les dirigeants et mes coéquipiers. Souvent, plusieurs membres du club me rendaient visite afin de m’aider à surmonter cette période compliquée. Ils ont été très précieux et important. »

Cette saison, vous comptez déjà 25 apparitions en Ligue 1 Uber Eats. Est-ce assez pour vous satisfaire ?

B.T. : « Je reste persuadé que j’avais la possibilité de faire encore mieux. Néanmoins, je suis tout de même heureux de ce chiffre car dans le football, il ne faut pas sauter les étapes et vouloir aller trop vite. À mon âge (20 ans) et après ma blessure, je suis déjà fier de réussir à faire mon trou en Ligue 1. J’avais conscience que la concurrence était féroce à mon poste, mais cela ne me faisait pas peur. J’ai toujours été persuadé qu’à un moment ou un autre, j’allais avoir ma chance et je devais faire le nécessaire pour la saisir. À force de travailler, il était évident que mon heure allait finir par sonner. »

Grâce à la récente victoire face à l’OL (3-2), vous êtes complètement relancé dans la course au maintien…

B.T. : « Face à Lyon, nous avons prouvé que le FC Metz avait sa place en Ligue 1. Désormais, l’objectif est de rééditer cette performance face à Angers afin d’entretenir l’espoir ! Nous allons tout faire pour remporter cette rencontre. Pour cela, la présence de nos supporters sera indispensable. Nous avons la chance d’avoir des supporters magnifiques et nous espérons réussir à leur offrir beaucoup de plaisir prochainement ! »