Réouverture de la Boutique Officielle !

Disparition de François Remetter

Partager cet article :

Vaillant sur sa ligne, il avait fait les beaux jours du FC Metz au début des années 1950. Son fameux chandail noir sur les épaules, ses exploits avaient jalonné le parcours de l’Équipe de France lors des Coupes du Monde 1954 et 1958. Doyen des internationaux tricolores, l’ancien grenat François Remetter nous a quittés ce dimanche, à l’âge de 94 ans. 

Sparring-partner à ses débuts à Strasbourg, sa ville natale, il est repéré par l’entraîneur alsacien de l’époque, un certain Émile Veinante, qui perçoit en lui ses talents de gardien de but, malgré un gabarit relativement modeste pour le poste (1,70m pour 65 kgs). Pensionnaire du club vosgien du CS Thillot lors de la saison 1949-1950, il remporte le Championnat du Monde Militaire avec les Bleus en 1949 à Colombes, devant 60 000 personnes. 

L’arrivée d’Émile Veinante au FC Metz incite François Remetter à suivre son ancien coach en Lorraine, en 1950. Sur les bords de la Moselle, le portier se distingue par ses nombreux arrêts réflexes dans la surface, sa détente et son sens de l’anticipation. Rapidement, François Remetter acquiert le surnom de « Frentzel », puis celui du « voltigeur » ou encore « le fou volant », à une époque où les gants de gardien n’étaient pas encore légion.

Durant ses quatre années passées sous la tunique grenat, il dispute la bagatelle de 144 rencontres, toutes compétitions confondues. Surtout, il contribue à la remontée immédiate du FC Metz en première division au terme de l’exercice 1950-1951, quand la formation mosellane était menée par le redoutable duo d’attaque Thadée Cisowski - Camille Libar. 

Apprécié du public messin, il s’ouvre alors la porte de l’Équipe de France, au détour d’un match disputé en Suède, en juin 1953. René Vignal, son rival chez les Bleus, s’étant fracturé le bras aux portes de la Coupe du Monde 1954, François Remetter est donc propulsé titulaire durant cette compétition disputée en Suisse, où la France est éliminée dès le premier tour. La sélection tricolore se rattrape néanmoins lors du Mondial 1958, terminant à la troisième place. Alors joueur des Girondins de Bordeaux, le gardien dispute deux rencontres de la phase de poules. Il compte, au total, 26 sélections avec les Bleus. 

Une riche carrière derrière lui, le gardien de but raccroche définitivement les crampons en 1968 (à 40 ans !), après une ultime pige au sein du club amateur des Pierrots Vauban. Sa reconversion le guide au sein de la marque Adidas, où il occupe un poste de commercial, tout en officiant en tant que représentant de l’enseigne sportive auprès de l’Équipe de France.

Dernier témoin vivant de la sélection française à la Coupe du Monde 1954, François Remetter emporte avec lui le souvenir de cette Équipe de France en pleine reconstruction d’après-guerre, bâtie notamment autour de l’attaquant Raymond Kopa. 

Très ému par la disparition de son emblématique gardien de but, l’ensemble du FC Metz tient à présenter ses plus sincères condoléances à la famille et aux proches de François Remetter.